Mes séjours de jeûne à la Montagne et en bord de Mer

Au-delà d’un séjour de jeûne, il s’agit d’un véritable séjour bien-être. Je souhaite que vous repartiez avec de fabuleux souvenirs en tête. Vous pratiquerez ainsi chaque jour :

  • des randonnées dans de superbes paysages, entre moyennes montagnes, lacs et cascades. Cette activité physique modérée permet en plus de conserver son dynamisme et son tissu musculaire
  • des activités bien-être, variables selon les séjours : activités collectives gratuites (sophrologie, art-thérapie, yoga, …) ou soins individuels pratiqués par des thérapeutes (hypnothérapeute, énergéticien, ostéopathe, massage bien-être …)
  • la découverte de la naturopathie, c’est à dire l’art de vivre le plus « naturellement » possible.

En plus de cela, vous expérimenterez la puissance du collectif humain pour générer énergie, motivation, joie, partage d’expériences, solidarité, soutien et bien plus encore !

J’ai choisi de rejoindre le réseau Eco-Jêune, proposant des séjours au juste prix. Pour en savoir plus  sur mes 2 lieux de séjour :

MONTAGNE, LACS & CASCADES (Jura) :

http://www.ecojeune.com/eco-jeune-jura/

https://www.facebook.com/Eco-Jeûne-Jura-105305517622187/

BORD DE MER (Loire Atlantique) :

http://www.ecojeune.com/bernerie/

Pour s’inscrire : http://www.ecojeune.com/inscription/

paysage jura

esoteric-symbol-1

Le jeûne pratiqué lors de mes séjours est partiel de type BUCHINGER

Il comprend 1 jus de fruits & légumes matin & soir, et des tisanes à volonté.

Il dure 5 jours : cette durée permet d’expérimenter la pratique sans risque et tout en constatant de potentiels bénéfices.

stage de jeune - meditation

A qui s’adresse cette pratique, quel est l’objectif ?

Cette pratique s’adresse à tous, sauf lors de la grossesse, de la croissance, et dans le cas de certains problèmes de santé (Amaigrissement extrême – Anorexie – Diabète type I – Décollement de la rétine – Grossesse ou allaitement – Hyperthyroïdie – Insuffisance hépatique ou hépatite récente – Insuffisance rénale et personne ayant un seul rein – Ulcère de l’estomac ou du duodénum et plus généralement toute plaie récente (Opération chirurgicale)

Selon les participants, les motivations varient :

Maintenir une bonne santé

Le jeûne constitue un grand nettoyage du corps et de l’esprit. Certains le pratiquent 1 à 2 fois par an, avec l’idée d’éviter les pathologies « d’encrassage » : en éliminant régulièrement les déchets accumulés dans certaines parties du corps, on évite la détérioration des tissus et l’apparition de dysfonctionnements physiologiques. Le jeûne peut ainsi compenser les méfaits de notre alimentation souvent trop abondante et industrialisée.

Expérimenter une sensation de plénitude corps-esprit

Jeûner permet le repos digestif. Quand on sait que la digestion totale d’un repas dure en moyenne 18h, on réalise l’énergie « économisée ». En outre, le corps, privé en partie d’apport glucidique, fonctionnera différemment : il va utiliser à partir du 3ème jour les réserves de graisse, ce qui occasionne la production de psychostimulants euphorisant naturels que sont les corps cétoniques.

Améliorer la santé

Notons tout d’abord qu’il n’existe pas à ce jour d’études fiables démontrant l’amélioration de la santé, et que les effets varient d’une personne à l’autre. En outre il faut parfois plusieurs cures de jeûne avant de constater de potentiels résultats. Néanmoins, parmi les études existantes et selon les témoignages de jeûneurs, diverses situations pathologiques pourraient être améliorées grâce aux modifications métaboliques induites par le jeûne : douleurs chroniques, inflammations, troubles ORL, douleurs ostéoarticulaires, troubles digestifs, problème de sommeil, troubles cutanés, immunité fragile, surpoids, hypertension, troubles du métabolisme glucidique & lipidique…
A noter que les troubles reviendront si les causes des dysfonctionnements ne sont pas éliminées lors de la reprise d’une hygiène de vie « normale ».

Source : https://www.inserm.fr/sites/default/files/2017-11/Inserm_RapportThematique_EvaluationEfficaciteJeune_2014.pdf

En France, le jeûne à visée préventive ou thérapeutique n’est pas proposé dans un cadre médicalisé.

Les différents types de jeûne

Le jeûne total « sec »

Il s’agit d’éliminer toute absorption orale, y compris l’eau. Il ne peut excéder 3 jours consécutifs. Selon certains naturopathes, cette pratique permettrait d’éliminer rapidement certains déchets dits colloïdaux (mucosités).

Le jeûne total « hydrique »

On ne boit que de l’eau faiblement minéralisée, voir des tisanes. Il n’y a aucun apport calorique.

Le jeûne partiel (apport liquide de 250 calories maximum) ou jeûne de type « Buchinger »*

il s’agit de boire des jus de fruits et légumes (obtenus à l’extracteur de jus, c’est à dire exempts de fibre), des bouillons de légumes, des tisanes et de l’eau. Les calories sont issus des glucides (sucres) des végétaux et sont absorbés rapidement, avec un minimum de travail digestif puisque les fibres sont absentes. Outre la teneur en glucides, la richesse en vitamines et minéraux des végétaux permet de maintenir l’organisme en bon état de fonctionnement, tout en l’encourageant à utiliser ses propres ressources internes pour compenser le faible apport calorique.

Le jeûne intermittent

Il dure de 14h à 16h, et on le pratique soit entre le dîner et le déjeuner, soit entre le déjeuner et le petit déjeuner. Pratiqué au moins 2 fois par semaine, il met le système digestif au repos et peut favoriser un bon transit et une réparation partielle de la muqueuse intestinale.

Différentes durées

L’être humain serait capable de tenir 40 jours en jeûne total hydrique. Généralement un jeûne dure de 24h à 15 jours.

* Du nom du médecin qui a développé ce type de jeûne et ouvert un centre dans les années 1950.
https://www.buchingerwilhelmi.com/content/fr/dr-otto-buchinger?language=fr

Avant et après le jeûne

Afin de ne pas « choquer » l’organisme, et d’éviter des réactions physiologiques désagréables (maux de tête, fatigue extrême…), il est important de préparer l’entrée et la sortie de jeûne :

  • Une « descente alimentaire » avant le jeûne, d’une durée similaire à celle du jeûne : on retire progressivement certaines familles d’aliment
  • Une reprise alimentaire progressive après le jeûne, d’une durée identique à celle du jeûne : on réintroduit les unes après les autres les familles d’aliments, en évitant le plus longtemps possible les produits transformés de l’industrie agro-alimentaire. Le sel sera à éviter quelques jours également.

Avant votre séjour, vous recevez les consignes de « descente alimentaire ». Le dernier jour du séjour, je vous sers votre 1er repas de reprise alimentaire. Je vous remettrai également les consignes de reprise alimentaire et vous présenterai les conseils généraux de l’hygiène de vie recommandée en naturopathie.

avant et apres le jeune

Quelques désagréments passagers éventuels

Selon les personnes, certains désagréments pourront apparaître surtout les premiers jours. Le fait d’entrer progressivement en jeûne et de maintenir un apport en glucides et micro-nutriments permet en général de les éviter.

La sensation de faim, qui s’estompe au 3ème jour, et disparaît souvent complètement (du fait de la production de corps cétoniques satiétogènes).

Une baisse de tension au réveil, accompagnée d’une légère sensation de vertige : ces manifestations disparaissent grâce à un jet d’eau froide sur le bas des jambes, le 1er jus du matin et la pratique de la randonnée.

Des maux de tête : ils peuvent apparaître lors de la descente alimentaire après arrêt des excitants (thé, café, nicotine) et/ou à la fin du 2ème jour de jeûne lorsque l’organisme ne peut plus utiliser de glucides pour fonctionner et commence à utiliser les réserves de graisses.